Uncategorized

En avoir ou pas ?


Il était une fois une histoire imposée, un modèle universel : un garçon et une fille, ils se marient, s’achètent une jolie maison avec un jardin et un frigo américain, ils ont un joli bébé, puis deux, après ils ont aussi un chien, une grande voiture et des amis tous pareils. Il était une fois Miss Zen qui n’aimait pas trop le modèle mais qui aurait bien aimé un bébé de préférence sans la maison, le frigo américain et les amis identiques. Est-ce parce que je ne voulais pas des accessoires que le bébé n’a pas été livré ?

Je n’ai pas eu longtemps l’illusion que le bébé pourrait venir comme ça un beau jour, spontanément, naturellement. A partir de là, le bébé est devenu un choix. Choisir les piqûres quotidiennes, les traitements à répétition, les échecs, les déceptions. Choisir de recommencer, de re-essayer, d’espérer. Choisir la roulette à bébé : peu de gagnants et beaucoup d’épuisement.

Puis choisir : adopter ou pas ? Choisir quel âge, quelle couleur de peau, quel pays, handicap ou pas ? Je n’invente rien : ces questions sont posées. Après, on reçoit un ticket avec le menu choisi et il n’y a plus qu’à attendre. Parfois, on ne reçoit pas de ticket : il y a des gens qui décident si on peut vous octroyer un diplôme de parents potentiels…

Castor et moi, nous avons beaucoup choisi. J’ai compris que parfois on a beau tout faire comme il faut, être courageux, être décidés – j’ai compris que dans la vie, on n’a pas toujours ce qu’on veut… depuis, je suis fâchée avec les efforts.

Alors, parfois, j’ai du mal avec celles qui ont un bébé « comme ça » : sans essayer, sans tomber, sans pleurer. Et je me dis que je ne suis rien qu’une petite peste égoïste.

Et puis l’autre jour, je mange avec une amie – nous nous sommes rencontrées, jeunes étudiantes insouciantes à Manhattan. Elle me confie que son cousin a eu une petite fille et voilà : elle est la dernière de la famille sans bébé. Elle me confie que dans la chambre à la clinique, elle n’a pas pu s’approcher du berceau, elle n’a pas pu s’extasier, elle n’a pas pu féliciter. Impossible tout à coup de se réjouir du bonheur des autres. Mon amie pourrait avoir un bébé, enfin probablement, mais n’a point d’âme sœur, point de castor, point de divin mari. Et une blessure.

Choisir, renoncer, espérer ? Faire la paix.

Je reste sur cette phrase d’Audiard, lue dans le Elle : « Bienheureux les fêlés car ils laisseront passer la lumière ».

Publicités

24 réflexions au sujet de « En avoir ou pas ? »

  1. Je ne connaissais pas cette facette de Miss Zen. Il faut garder espoir ! Je crois que toute une palette de solutions existent, alors il faut tout explorer et être patient…!Personnellement, l’instinct maternel ou paternel est toujours resté un mystère pour moi : je ne qualifierais certainement pas Miss Zen de « petite peste égoïste » !^^

    J'aime

  2. Alors cette phrase-là je la note illico presto dans mon petit cahier des grandes idées… que d’ailleurs tu connais 😉« En avoir ou pas ? »… la fausse question puisqu’il semblerait que nous ne puissions pas choisir notre propre réponse…Des Bizzz Misss Zen.

    J'aime

  3. As tu entendu parler du livre de Florence Boccolini « Puisque les cigognes ont perdu mon adresse »,il est sorti il y a une quinzaine de jours.Elle y parle de ses révoltes, ses déceptions,de sa souffrance de ne pas avoir de bébé.Je n’ai pas encore lu le livre mais j’ai vu une intervieuw tres émouvante et pleine de pudeur.Elle m’a fait penser à toi.Tu n’es pas une petite peste ,tu es humaine tout simplement.Je t’aime Miss Zen

    J'aime

  4. Je « comprends », finalement d’autant plus que (pour le moment) je ne veux pas d’enfant, je ne m’en sens pas capable et je trouve injuste que des femmes qui en veulent, qui seraient de bonnes mères, ne peuvent pas physiologiquement… Bisous Miss Zen..

    J'aime

  5. oh petite soeur d’infortune, le désir inassouvi a bien le droit de manifester son mécontentement parfois. Y’a pas de « petite peste égoîste » qui vaille dans ces cas-là.

    J'aime

  6. Ca me fait plaisir que tu parles un peu de cela, ça me permet de comprendre un peu mieux où tu en es car je ne mesurais pas bien par quelles epreuves tu étais déjà passée.Je me sens honteuse de râler quand mon homme me dit d’attendre encore un peu pour le 3ème alors que j’ai 2 magnifiques enfants déjà. Parce que moi je ne suis qu’une égoïste…Parfois j’aimerai prêter mon ventre à d’autres mamans car j’aime être enceinte, mais ce n’est qu’utopie. J’espère de tout coeur qu’un jour prochain, un enfant de ton sang ou non t’appellera maman.Bizzz

    J'aime

  7. J’ai une boule ds la gorge en lisant ce billet et je pleure. Je te comprends si bien. Plus d’un an que j’attends, je prie, j’espère et mon ventre reste vide. Autour de moi, les grossesses se multiplient. Les bébés arrivent sans faire exprès et la tristesse m’envahie. Je suis de tout coeur avec toi.

    J'aime

  8. Toi, égoïste ? À d’autres …Et je suis d’accord avec Nina par rapport à l’espoir. Je ne sais pas vraiment quoi te dire, parce que je manque d’expérience. Mais les véritables égoïstes sont ceux qui veulent des enfants par orgueil et non par amour.

    J'aime

  9. Elle est très belle cette citation.. Quelle tristesse de ne pouvoir avoir d’enfant quand on le souhaite… J’ai connu quelqu’un comme ça. très dur. je ne sais que te dire. Je t’embrasse.

    J'aime

  10. Magnifique post, très vrai, très juste. Je ne sais pas si ce qui est le plus douloureux, le manque que les circonstances de la vie ne manque pas de te rappeler au détour d’une poussette ou d’une vitrine de magasins pour enfants ou les réactions – pitié ou violente critique, mais incompréhension quoiqu’il arrive – des Autres à la vie Ikea en apparence si parfaite.Petite peste? ET puis quoi encore? Ne parle pas de l’une de mes écrivaines de blog préférée comme ça!J’espère que votre choix à tous les deux se concrétisera d’une manière ou d’une autre

    J'aime

  11. Il est beau ton billet. Il est émouvant et me touche. Je me pose pas mal de questions en ce moment sur la materniré. La vie nous joue des tours un peu douloureux, parfois. 1000 pensées.

    J'aime

  12. Ton billet m’a beaucoup ému… Je ne ressens pas de désir d’enfant, pas encore du moins, mais comprend tellement ce que tu décris… Garde courage, la vie finit toujours par sourire à tous, d’une manière ou d’une autre…Égoïste? Non. Blessée, oui. A aimer plus qu’à blâmer.

    J'aime

  13. Je ne savais rien de cette part de ta vie… Même si je n’en suis pas encore là, je crois pouvoir (un tt petit peu) comprendre ce que tu ressens. Et tu n’es aucunement une peste égoîste voyons !

    J'aime

  14. Flabber : pour les solutions j’ai vu les plus grands specialistes, je suis le cas favori des staffs meeting…mais un miracle n’est jamais exclu. C’est marrant ce que tu dis sur l’instinct maternel, cela m’est venu tard Le Chat : choisir est remplacer par essayer, prier, esperer….toi aussi plein, plein de bises ….et un the bientot ?Mousse : ah oui j’ai eu le livre en main mais je ne prefere rien lire, je lis pour m’evader, vivre d’autres vies pas pour ressasser….Anonyme : merci pour ton petit mot qui me toucheMamzelle Poupee ; longtemps je n’en voulais pas non plus, zero instinct maternel et puis voila….G : j’avais besoin que ca sorteIlou : blessure dont je parle assez peu mais tout d’un coup j’ai ressenti ce besoin de faire sortir le tout.Rosemary : tant que cela ne devient pas une posture mais un véritable ressenti….Lili66 : sauf que les autres te voient comme une vieille aigrie….mais bon hein les autres !MissBrownie : surtout ne te sens pas honteuse – on a chacune nos vies avec nos joies, nos peines, nos parcours si je ne voulais pas entendre des belles histoires comme la tienne je resterais sur les forums…..Wafa : je te dirais comme dans la chanson « faut pas pleurer comme ca » – continue d’y croire surtout. 1 an de nos jours c’est presque normal. Un tres tres gros calin/hug.Nina : alors j’ai du avoir ma dose : ces dizaines d’appels: attendre la réponse, le coeur qui bat, le ventre tout mou et puis les « non Madame c’est négatif- et paf des semaines de traitement et mes kilos d’espoir évaporés.Elsa : c’est bien le pire avec ces traitements on finit par se demander ce qui nous pousse vraiment l’amour, le desir, l’orgueil, la peine parfois on a l’impression de ne meme plus pouvoir decider, on attend les decisions, les instructions des medecins..Marie-Helene : merci pour ces mots…Fanette : tu sais il y a des jours avec et d’autre sans et finalement c’est pareil pour tout le monde pour des millions de raisonsLa bureautiere : oh tu m’as appelé « écrivaine » toi je t’adore….les familles Ikea je me tiens a distance mais parfois au supermarché, dans la rue j’entends une petite fille crier « maman » et cela me transperce….Loukoum 1ere : la vie est une farceuse parfois de mauvais gout mais il faut continuer à jouer avec elle.Fauvette : oui la vie fait parfois des surprises pas toujours celle qu’on attend…mais des surprises.Lily, la vie continue de tourner et moi avec alors je tourne, je souris, je pleure, je courre….et puis merci.Lila : je n’en parle pas beaucoup et puis j’ai eu besoin de sortir de moi, de partager, de dire et merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s