Notre petite vie cernée de reves

Les rêves et les envies


Je viens de finir un charmant livre destiné aux ados « Notre petite vie cernée de rêves », encore une recommandation jeunesse d’Anna Gavalda. C’est à la fois mélancolique et joyeux : un joli récit pour nous encourager à marcher au son de notre propre tambour, à écouter nos rêves…

Je repense aux miens, ils ont évolués depuis mon adolescence. Je n’y ai pas renoncés, j’ai juste mûri et mes rêves aussi.
Les rêves prennent du temps pour éclore, il ne faut rien brusquer, il faut les couver, les garder au chaud, ne pas insister, ne pas cravacher. Les rêves demandent du travail et de la constance.
Les rêves sont incompatibles avec notre époque qui requiert de la rapidité, de la vitesse, de l’efficacité. Les rêves ne sont pas des envies que l’on peut satisfaire rapidement et dont on se détourne avec facilité. Un rêve est tenace, il revient par la fenêtre si on lui claque la porte au nez. L’envie, elle, disparaît aussi facilement qu’elle était apparue.

En ce moment, deux de mes plus beaux rêves sont en train d’éclore après de longues années passés au chaud.
Mon petit taureau sera bientôt là et il semblerait que nous serons bientôt propriétaires de notre nid que j’aime tant. Je me souviens de la première fois que je l’ai visité, je m’y suis tout de suite sentie bien, J’aime la lumière, les vieilles portes, le parquet qui grince, les plafonds qui se fissurent, les fenêtres qui ferment mal.
Je rêvais d’un bébé, j’y avais presque renoncé….
Je rêvais d’un nid où m’ancrer, un chez moi pour toujours, … Pendant des années, ce rêve flottait indécis. On en parlait souvent avec le Castor sans rien faire de concret, à part y songer. Et puis tout à coup, des mauvaises nouvelles se sont transformées en heureux hasards !

Deux autres rêves sont sur le feu, ils cuisent doucement.
J’essaye d’écrire, je l’ai déjà dit mille fois. Je voudrais faire revivre l’oncle Charles. Je voudrais un livre à sa hauteur. Je ne sais pas si j’y arriverai, j’essaye tous les jours. J’en suis nulle part, mais je m’accroche… On verra.
J’ai des petites idées professionnelles, encore rien de concret, quelques pistes…. J’ai beaucoup tourné en rond pour des bonnes et des mauvaises raisons, j’ai eu de nombreuses envies, j’ai poursuivi de nombreuses chimères. Je suis restée coincée sur ma case pendant trop longtemps. Sans regret, je réalise que tous ces freins, tous ces faux départs avaient une raison. C’était mon destin, cette case a permis à d’autres choses de se construire en sous-terrain, sans que j’en sois consciente. Aujourd’hui, toutes les pièces forment un bel ensemble. Alors, je me dis que toutes ces années en valaient la peine. Et, je sens que les petits crocus, fragiles, délicats sont là, sous la terre encore gelée ; je vais les laisser venir, pas d’engrais, pas de précipitation… On verra….

Les autres attendent leurs tours : ils sont encore trop fragiles pour en parler.
Il faut cajoler ses rêves mais les laisser venir à leur rythme. Il faudrait toujours aller jusqu’au bout, essayer encore et encore pour les laisser se faner sans regret, sans remord : pour atteindre cet équilibre entre ce que l’on a accompli et le prix que l’on a payé pour y arriver.

« Si un homme marche à un autre pas que ses camarades, c’est peut-être qu’il entend le son d’un autre tambour. Laissons-le suivre la musique qu’il entend, quelle qu’en soit la cadence »
Henry David Thoreau.

11 réflexions au sujet de « Les rêves et les envies »

  1. J'aime quand tu dis que les rêves demandent du travail et de la constance… Oui, il faut faire (à sa mesure, sans hystérie et sans renoncer) : c'est la seule façon pour qu'ils deviennent peut-être des réalités…
    Une pensée pour l'oncle 😉

    J'aime

  2. je suis vraiment touchée par tes mots (comme souvent, mais là particulièrement) je m'efforce aussi chaque jour de prendre soin de mes rêves et d'en créer d'autres…mais de patienter pour les voir éclore, ce n'est pas toujours facile!

    J'aime

  3. Tomber 7, se relever 8… il n'y a pas de hasard, les choses arrivent, n'arrivent pas… la sagesse est de respecter le tempo et d ene jamais lacher le Rêve…

    comme je suis heureuse de lire ce billet, comme tu as mérité toutes ces belles choses qui arrivent !

    J'aime

  4. Ah oui, Thoreau, c'est du grandiose …
    C'est amusant mais souvent, on laisse des choses de côté en pensant ne jamais y revenir, et puis sans y penser ni rien faire pour, ces choses reviennent toutes seules vers soi …

    J'aime

  5. J'aime particulièrement ce texte délicat… J'entends la neige craquer, les crocus pointent timidement, et je pense à la phrase de Maupassant : « c'est une femme qui attend le printemps, il va venir, ça ne fait pas de doute. » mais, tu as raison de le rappeler, il est nécessaire d'être entier dans cette attente. Je crois bien que je vais imprimer ton texte pour le garder pas loin dans les jours, les mois qui viennent. Bonne année !

    J'aime

  6. Cette citation finale me plaît, toute ta réflexion me parle, à l'heure où j'avance dans le noir vers ce qui m'attire, sans voir encore quoi quand comment… J'ai beaucoup de mal à savoir ce dont je rêve, la réalité est trop là, trop présente, trop effrayante. Mais ton récit donne envie de se faire confiance. C'est très joli.

    J'aime

  7. une belle ambiance dans tes textes pour decrire avec delicatesse nos aspirations et nos attentes.
    Mettre ses reves en route, beaucoup de chemin a parcourir et de maturité pour y arriver.
    Tout est un peu fouilli dans ma tête en ce moment et j'espere que je suis la bonne voie…. comme toi.

    J'aime

  8. Mariga(z) : c'est effectivement assez étrange …. et on a beau le savoir, on a du mal à y croire.

    Ficelle : faut les aimer ses rêves, les couver…. J'espère que l'oncle est heureux qu'on pense encore à lui…

    LiSa : ooh non ce n'est pas toujours facile, c'est souvent décourageant, frustrant….

    MissBrownie : heureusement que tu as encore des rêves en attente et d'autres réalisés pour te donner de la force !

    Le Chat : tu ne peux pas savoir combien de fois je me suis répétée cette phrase, combien elle m'a aidée…. quand justement tu ne crois plus en tes rêves mais que quelque chose te pousse…. Merci le Chat.

    Rosemary : c'est un savant mélange de hasard et de volonté… J'avais lu Thoreau, il y a bien longtemps, ce livre m'a donne envie d'aller y refaire un tour.

    Sit : tu me fais tellement plaisir et en plus tu évoques Maupassant, un auteur que j'ai beaucoup lu et que j'apprécie énormément !

    May : continue d' avancer et tu verras bien, il faut faire confiance. Pour moi aussi, certains pans de ma vie sont encore dans l'obscurité, ce qui me frustre parfois, souvent. J'aimerais une baguette magique, une solution mais voila……

    Zoe : merci beaucoup – pour l'Oncle Charles, c'est difficile, je ne voudrais pas le trahir et en même temps, j'étais si petite alors j'essaye à travers les souvenirs des autres, ceux de mon pere, les lettres, les tableaux, ses livres de tisser quelque chose de sincere….

    Poetic Chelsea : je crois que le fouillis est un très bon engrais pour les rêves

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s