Uncategorized

La reine des anguilles

Mlle Figolu m’a fait réfléchir dans son dernier billet à mon rapport à l’autorité.
Comme elle, je suis victime du syndrome de l’anguille (copyright Miss Figolu) face à toutes formes de pouvoir : j’élude, je fuis, je baisse la tête, je prétends, j’obtempère mais je ne fais jamais face. Je préfère toujours faire une jolie pirouette. C’est une technique qui a ses avantages car il est difficile d’avoir prise sur moi (par contre si vous me prenez par les sentiments, alors là…).
Mais c’est une technique dont je suis lasse et que je ne peux plus que difficilement appliquer…. Il faut désormais que je trace des limites, que j’impose mes priorités….. c’est le second effet Antoine à double détente.

Je n’avais pas conscience qu’en tant que maman, j’aurais à incarner cette autorité, qu’elle serait essentielle pour aider Antoine à grandir. J’ai mis du temps à comprendre cette facette de la maternité. Je jongle avec ce concept un peu maladroitement et je suis toujours totalement surprise quand Antoine m’écoute. J’ai la sensation d’avoir réalisé un merveilleux tour de magie dont j’ignore moi-même le secret…

Je n’avais pas conscience non plus de mon degré de détermination à faire passer Antoine avant tout.
Du coup, je ne peux plus éluder, filer en douce, m’échapper. Je dois affronter, dire non, m’imposer, m’opposer. Pas facile à faire. Pas facile de gérer les conséquences.
Au bureau, mon boss était d’abord surpris mais petit à petit l’exaspération monte. Non, je ne reste pas après 18.00 et ce n’est pas négociable. Non, je ne viens pas à la soirée d’adieu d’un jeune blanc bec qui retourne promu à NY. Non. Et je ne m’excuse pas.
Je me dis c’est à prendre ou à laisser et si « ça-ne-leur-plait-pas » et bien qu’ils préparent mon chèque.
Mais…
Entre maintenant et un éventuel chèque, il y a le conflit, la tension, la pression croissante, bref tout ce que j’ai toujours géré en anguille…
Maintenant c’est la ligne Maginot et il ne s’agit pas de céder…
Vraiment pas facile pour la reine des anguilles…

15 réflexions au sujet de « La reine des anguilles »

  1. bon, je ne te cacherai pas que nous sommes décidément dans des situations très similaires… Quand j'ai été arrêtée, mon boss m'a demandé de travailler de chez moi. Alors même qu'ils ne font pas la subrogation de salaire et que je ne serai pas payée à 100%. J'ai fait l'anguille dans un premier temps. Dans un second temps, j'ai été prise entre deux feux : obtempérer et négocier, ou faire ce que je voulais, c'est-à-dire répondre non et ouvrir le conflit. Et j'ai vraiment hésité, je me suis posé beaucoup de questions, est-ce vraiment le chemin que je veux prendre ? Est-ce ainsi que je veux faire tourner les choses ? Et partir dans un contexte de discorde ?
    Finalement, mon boss a dû comprendre, il n'a pas insisté, et je découvrirai peut-être pourquoi en rentrant… Je n'ai pas eu à trancher, mais ça va forcément arriver. Et je ne veux plus plier contre mon gré.
    Tiens tes positions et reste fidèle à tes aspirations. bon courage.

    J'aime

  2. Je dois t'avouer que je cherche encore…
    Pas toujours simple de s'imposer mais peu à peu, comme toi, j'apprends à grandir je crois 🙂 avec ma fille.
    Oui je crois bien que savoir dire non c'est une forme de maturité, c'est aussi la conséquence de certaines choses, finalement j'abandonne peu à peu la peur de décevoir, de ne pas être aimée quelque part … mais c'est loin d'être simple, loin d'être si facile à appliquer pour moi … je me surprends encore à contourner l'obstacle au lieu de l'affronter …et je m'en veux souvent …

    Pas simple mais on apprend … peu à peu … c'est ce que je me dis …

    J'aime

  3. Le Mardi, c'est permis…de découvrir d'autres blogueuses et c'est ce que je fais ce matin ! J'ai donc découvert une « reine des anguilles » qui à mon avis ne devrait pas se prendre la tête comme ça…La vie se charge de te faire comprendre que ça sert à rien de se poser des questions surtout quand on a des enfants. Ils t’entraînent inexorablement à faire des choses que tu n'imaginais même pas ! Tu évolues toi aussi avec eux et même si ton caractère ne s'y prête pas, tu t'adaptes et surtout, tu deviens tigresse pour défendre ta progéniture. C'est dans la nature des choses -si tu n'as pas de troubles psychologiques avérés- et rassure toi, on s'endurcit vis à vis de son entourage notamment professionnel. Après avoir été une anguille, tu deviendras j'espère « Téfal » au boulot !
    Ce qui compte c'est que tu sois sûre de toi…. Courage.

    J'aime

  4. Cela me fait penser à une phrase du philosophe Alain : Penser c'est dire non.

    Je suis sûre qu'avec tes qualités d'analyse et ta sensibilité tu vas arriver à prendre ce nouveau chemin de l'affirmation de soi, courage !

    J'aime

  5. J'avais lu le titre « La reine des aiguilles » ce qui change tout !! J'ai le syndrome de l'aguille en ce moment, j'arrête pas de coudre des vêtements… du « couds »… j'avais lu de travers. Cependant, je vois que
    – Tu ne fais pas dans la dentelle
    – Tu vas leur donner du fil à retordre
    Va falloir qu'en face, ils te fassent du sur mesure, le prêt à porter, c'est plus tout à fait pour toi ! Na…
    Donc, pour un premier cours de couture, je trouve que tu t'en sors très bien ! C'est carrément de la broderie fine…
    Dire non ? C'est aussi dire OUI à autre chose…

    J'aime

  6. Ce qu'il te faut c'est appliquer l'adage « main de fer dans un gant de velours ». Ton inclinaison à arrondir les angles ou à chercher à ne pas provoquer de conflit est tout à fait positive … tout en fixant des limites. Fais toi confiance Jolie Miss Zen !

    J'aime

  7. je suis très ennuyée, je lis ce blog depuis hier soir mais je suis sans cesse interrompue par mille et unes activités du quotidien…. je ne trouve pas l'option marque page…
    je le quitte à nouveau à regret pour me jeter au 2 mars 2009 dans quelques heures!!
    Fanny

    J'aime

  8. Tiens, une copine !
    Je louvoies, je louvoies, je louvoies. Trop peur de l'affrontement. Et pourtant, il se révèle parfois nécessaire.
    L'autre jour, une amie m'a dit « positionnes-toi ! ». Ca m'a fait mal. Mais elle a raison. Depuis, j'essaies (essayer n'est pas réussir…) de me positionner. Et finalement, ça évite des situations parfois ambigües…
    Tiens bon, ça ne peut être que pour un mieux !

    J'aime

  9. Tu es responsable d'un enfant, donc tu ne peux pas te défiler. Lui il va être rassure et accepter de ne pas être le chef !
    Quant au travail, mais il y aura un peu ( beaucoup) de tensions, mais je crois que les grands et petits chefs sentiront ta détermination.
    C'est certain, n'aie pas peur de changer pour que les autres changent aussi ! En te respectant.
    Bises amicales

    J'aime

  10. Et quand le petit bonhomme attaquera les Pourquoi ? sans fin, tu pourras écrire des tas de livres qui commenceront par Parce que… Chaque étape est décidément intéressante 😉

    J'aime

  11. je reviens pour dire que mon bonheur en ce moment c'est de me lever et d'aller prendre mon café en lisant Miss Zen,pendant que tout le monde dort encore. Merci Miss Zen pour ces moments bien sympathiques….
    Fanny

    J'aime

  12. May : Trancher, ce mot qui me fait trembler….Merci pour ta longue réponse, je me sens moins seule…

    Pinassotte : excellent conseil !!!

    Trompoline : tu crois que c'est un problème belge, d'où le fameux compromis ?

    Mlle Figolu : apprendre à ne pas être parfaite, apprendre à demander, je n'ai pas été livrée avec ces modes d'emploi mais j'essaye sans avec beaucoup d'hésitations. Mais oui : grandir !

    Mylise : ah oui le fameux « laisser faire ou lacher prise »…. J'aime beaucoup l'idée de devenir une poelle Tefal, je me souviendrai de cette image…. Merci de ta visite.

    Le Blog d'ötli : un virage que je prends lentement en me concentrant très fort.

    Ma Life à moi : bon ben si Alain l'a dit…. C'est vrai qu'on dit souvent oui par facilité, par paresse.

    Claire : j'aimerais être la reine des aiguilles pour coudre et leurs planter mes aiguilles dans les fesses. J'aime bien ta façon de positiver !

    Mulot : s'affirmer sans agressivité, voila où le bas blesse….

    Fanny : merci, merci pour le compliment, je suis aux anges de te lire !!!!!!

    Tatieva : je m'accroche !

    Fauvette : merci pour tes encouragement.

    Ficelle : j'adore le voir grandir, progresser, partager de plus en plus.

    Fanny : alors là je suis rouge de plaisir, je plane !!!! MERCI

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s