Les jolis moments humeurs

Comment j’ai foiré mon confinement (ou pas)

Je reprends l’idée du questionnaire piochée chez Isa qui l’avait piochée chez Kleo et ainsi de suite…. En ces temps d’activités limitées, les questionnaires sont un bon remède à la baisse d’inspiration.

Activité physique :  très variée

J’ai quasiment été me promener tous les jours avec mon fils, ma nièce et ses chiens. On se donne rendez-vous pour une petite ballade. Ce qui permet aussi à Antoine de rester en contact avec un élément jeune….

Séance de méditation/streching quasiment tous les matins.

Deux balades à vélo : c’est peu mais les pneus étaient plats, la pompe introuvable ;  il a donc fallu attendre l’ouverture du Brico pour aller en acheter une.

Deux à trois séances de yoga par semaine (avec Adrienne).

Beaucoup de jardinage, de ménage et quelques séances de hockey….

Culture : lecture surtout.

J’ai eu beaucoup de difficultés de concentration au début du confinement puis j’ai eu la main heureuse avec Journal d’Irlande/L’écart/Le pays des autres/ L’aile des vierge. Là, je re-tournicotte   (l’examen gastro prévu cette semaine me stresse)

Un très beau documentaire d’ARTE « Les enfants du 209 rue Saint Maur »     : bouleversant, permet de remettre les choses en perspective et de ne point trop se plaindre.

Plongée dans « Une brève histoire de l’humanité » de Yuval Noah Harari :  pas aussi ardu qu’anticipé , des réflexions « originales » :  absolument fascinant

Beaucoup d’interviews de Leila Slimani : petite fascination du moment pour cette écrivaine, sa diction, son assurance….

Joyce Carol Oates, sa MasterClass, cadeau du castor.

Capillarité :

La tendance « no poo » :  inenvisageable pour moi ou comme le disait ma grand-mère « moi vivante, jamais »  :  j’ai le cheveux fin et éparse. Sans shampooing,  je ressemblerais rapidement à ça

Capture d’écran 2020-05-14 à 15.13.40

Mais j’ai repris le chemin des queues de cheval, abandonnées au siècle dernier…

Epilation : aléatoire sauf les aisselles : je suis aussi disciplinée qu’une gymnase est-allemande. Oui, je sais la comparaison est délicate et très datée mais soit…

Soutien-gorge : alors là,  on touche à un sujet sur lequel je pourrais développer une thèse totalement narcissique et très psychanalytique. Je déteste mes lolos. J’aurais aimé avoir deux petits seins menus et toniques. J’ai la version lourde et qui s’alourdit lourdement avec le temps (oui, je n’hésite pas à mettre la gomme sur certains adjectifs et tout ça pour éviter « tombant » qui provoque d’affreux sanglots vaniteux ) . Si je ne craignais pas autant le bistouri et les conséquences d’une opération de chirurgie mammaire (rien que l’expression évoquant si délicatement une intervention sur bovidé….), il y a bien longtemps que j’aurais  radicalement remédié à tout ça.

En attendant,  je fais face à un terrible dilemme, un choix cornélien   : sans soutien-gorge, je risque la scoliose – avec, j’ai l’impression de porter un corset (bien que j’eusse renoncé aux balconnets – je trouve que ce subjonctif s’accorde parfaitement avec les mots corsets et balconnets).

Créativité : bof, bof, bof.  J’ai surtout, trié, classé, planifié. J’ai vraiment besoin de m’isoler pour entendre les idées dans ma tête. Mais ça repart un peu, grâce à ma petite conversation avec Claire et la video envoyée par Isa. Très inspirant et motivant.

J’ai sérieusement envisagé de me lancer dans le point de croix mais point de mercerie en vue.

Enfant(s) :  Joyeux et compliqué.

Le confinement a changé notre configuration familiale. Je suis normalement maman solo en semaine et on passe à la version famille le week-end quand la castor rentre de Paris.

On a donc dû s’adapter et le koala aussi avec des frottements. Ce n’est pas facile de jongler entre chaque rôle  : institutrice, copine de jeux, maman. Parfois les frontières sont floues et le koala titube un peu et s’emmêle les pinceaux. La plupart du temps, je prends ça avec beaucoup de coolitude mais parfois ça craque.

Je dirais qu’il s’en sort relativement bien même si je sens parfois des zones de turbulence, de ras le bol. Mais c’est le retour à la vraie normale qui devrait être particulièrement délicate après 5 mois sans école et socialisation très limitée. Je redoute l’effet boomerang….

Mais quand même, on s’est fait des chouettes petits souvenirs dans le jardin.

Et vous, quel bilan dressez-vous de ce confinement ?

Capture d’écran 2020-03-26 à 21.21.22

7 réflexions au sujet de « Comment j’ai foiré mon confinement (ou pas) »

  1. Chez moi, le confinement m’a fait flipper mais ce n’est rien en comparaison du déconfinement!!!
    Quant au soutif, vire le par dessus bord et tant pis pour la descente de lolos.
    Bon courage pour la suite Miss.

    Aimé par 1 personne

    1. Ce déconfinement semblait hautement chaotique mais bon on s’habitue , on reprend un peu nos marques mais je reste très très prudente ! Bon courage à toi aussi.

      J'aime

  2. Un bon confinement, à tel point que la semaine dernière, j’ai passé mes après-midi à faire la sieste, ça ne me disait pas trop de sortir. Le confinement ? Y avait du bon. J’ai limité mes sorties sauf pour le golf en fin de semaine mais à certaines heures tu as l’espace pour toi toute seule ou au max avec trois autres personnes et encore ! si tu l’acceptes. Ce qui me subjugue c’est qu’après un week end ensoleillé (ça devait être moche sur les plages, tout ce troupeau en quête d’immunité) ce lundi les gens relâchent un peu. La semaine dernière, ils portaient des masques, aujourd’hui beaucoup moins. Donc en fin de semaine on en sera où ? Et bien sans masque et on se fait la bise, hein ? En tous les cas, il est beau ton bouquet en papier, je crois que je vais le copier 🙂

    J'aime

    1. Oui je trouve aussi que la tension se relâche vite et du coup on a un peu l’impression que les gens ne font plus attention et oublient un peu vite…. On verra dans 15 jours.
      Le bouquet c’est mon cadeau de fête des mères de mon fiston 🙂
      Profite bien du golf et de ce beau temps !

      J'aime

  3. Tes photos confirment ce que je pensais tout à l’heure sur ma terrasse, que serions-nous devenues sans notre jardin ? J’éprouve vraiment une immense gratitude pour l’endroit où je vis… Merci de t’être prêtée au jeu, j’ai adoré lire tes réponses. Et j’espère que tu trouveras vite une mercerie !
    Plein de bisous ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Moi je serais certainement devenue zinzin. Chaque matin lors de ma séance de méditation, je remercie l’univers, mes anges, la vie de m’avoir installé dans cette maison….
      Gros bisous et très très bon Week-end.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s