Les jolis moments humeurs

Au ralenti

Je me suis encore absentée. En ce moment, c’est comme un tourbillon. J’essaye de reprendre un rythme de vie plus cool mais rien ne se passe comme prévu.

J’avais pris une semaine de vacances avec une longue liste d’envies, de projets. Et puis j’ai été terrassée par un sale virus (mais pas la star mondiale). J’ai passé 4 jours à me moucher sans arrêt, à avaler du Doliprane et à zoner péniblement. Bref, j’ai été forcée de me reposer et mes neurones sont passées en mode slow.

Au rayon lecture, j’ai opté pour du très léger : un livre pour enfant qui n’avait pas plu à Antoine mais qui m’a fait hurler de rire « Une belle brochette de bananes«  : le petit Nicolas version famille nombreuse et plein de références aux madeleines de mon enfance. J’ai adoré.

J’ai enchainé avec un tout petit roman feel-good de Jojo Moyes que j’avais trouvé dans une boite à livres. L’histoire d’une jeune anglaise larguée par son mec et qui surprise va retrouver l’amour à Paris (alors que vraiment elle n’avait pas la tête, ni l’humeur à ça). Ca ne casse pas trois pattes à un canard, c’est cousu de fil blanc mais cela convenait parfaitement à mon état cérébral

J’ai admiré le cerisier en fleurs de ma voisine (je ne suis pas certaine que ce soit un cerisier mais c’est beau comme ces arbres japonais)

J’ai commencé deux séries sur Netflix qui ne risquent pas de me donner des maux de crane : « The Bold Type » (merci Armalité) et « Chesapeake Shores » (merci Gigi).

Quand je me suis sentie un peu mieux, j’ai accompagné la petite troupe à Tongres au musée gallo-romain. Comme j’étais encore un peu vaseuse, on s’est trompé de salle et on a atterri dans l’exposition permanente qui est extraordinaire, avec des audio-guides bien foutus (heureusement, car les panneaux ne sont qu’en flamand). Après, je me suis dit qu’il y avait quand même peu de Romains pour une exposition intitulée « Face à face avec les Romains » et on a foncé dans la bonne salle mais on était déjà un peu fatigué car nous avions déjà déambulé dans les rues de la plus vielle ville de Belgique, admiré la statue d’Ambiorix, roi des Eburons et héros injustement oublié, et puis mangé une glace par 6° (ce qui n’a plu ni à mes sinus, ni à mes bronches).

Le lendemain, j’ai continué à soigner ma crève en accompagnant Antoine et son copain au parc d’Huizingen où je me suis bien gelée sur mon banc à siroter du thé, fortement dosé en miel et citron, dans mon petit thermos. Je crois que je ressemblais vaguement à la gentille dame sans abri dans « Maman j’ai raté l’avion 2 »

Le surlendemain, j’étais à nouveau déglinguée (sans blague) et j’ai délégué l’activité « Escape Game Star Wars » au castor (j’aurais mieux fait de faire l’inverse mais soit). Antoine et ses copains se sont éclatés et le jeu a reçu les félicitations du geek de la famille aka le castor. Ca tombe bien, il y a encore deux parties à animer 🙂

J’ai regardé avec respect les funérailles du Prince Philip, la solitude de la reine m’a bouleversée, le chagrin de Charles m’a touchée et puis ce plan sur les gants et la couverture pliés sur le siège de la calèche tirée par ses deux poneys favoris et enfin toute la dignité, la pompe des traditions de la monarchie britannique. Disons le franchement, j’ai frissonné et pas à cause de la fièvre. Du coup, nous étions motivés pour reprendre « The Crown », justement sur cet épisode de la saison 3 dans lequel les doutes, les failles, les difficultés du Prince sont brillamment évoquées en mélangeant habilement émotions et humour. La boucle était bouclée.

Dimanche, ma journée a enfin ressemblé à une vraie journée de vacances comme je l’avais rêvé : lecture au chaud dans mon fauteuil, lecture au soleil dans le jardin, un petit tour à vélo au bois, confection de cookies et une mini opération Marie Kondo très en-dessous de mes plans initiaux mais enfin j’étais déjà contente de retrouver mon énergie.

Je vous souhaite une très belle semaine.

12 réflexions au sujet de « Au ralenti »

  1. Comme quoi le masque le gel et les gestes barrière c’est bien de la foutaise … ça n’empêche pas d’attraper un bon vieux rhume 🤧 … bon j’espère que ça va mieux. Le moral ne me semble pas atteint malgré le nez qui coule.
    Hurry up! C’est le printemps !
    Bisous ma miss
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    Aimé par 1 personne

    1. Moi je crois qu’on s’est tellement isolé et protégé que nos défenses immunitaires ne sont plus aussi performantes…..
      Comme tu dis le printemps est là, le ciel bleu aussi même si encore frisquet le matin …..
      Bisous

      J'aime

  2. Le roman feel good a du bon. J’en ai en stock mais en ce moment je lis La couleur de sentiments, bien que j’ai vu le film deux fois. Et oui l’adieu au prince Philipp c’était un beau moment. Quelle beauté cet homme lorsqu’il était jeune. Un homme alpha. La reine tient son rôle à merveille. Un exemple ! Bonne semaine à toi.

    Aimé par 1 personne

    1. Oh oui ça fait du bien, ces petites lectures légères comme des plumes !
      Le prince Philip avait vraiment une classe folle et pas que vestimentaire
      Je t’embrasse et merci pour ta fidélité.

      J'aime

  3. Un bon gros rhume ça met KO!
    Dans ces moments là il n’y a que le repos même si on voudrait faire plus. Et surtout ne pas être si mal.
    Tu as pu profiter du soleil un peu et d’un regain d’énergie.
    Belle fin de semaine à toi!

    Aimé par 1 personne

  4. Au lieu de lire un petit tour en velo au bois, j’ai lu un petit tour en velo en bois! Du coup, je me suus dit: notre Miss ne va vraiment pas fort!
    Qu’est-ce qui tourne rond en ce moment, je me le demande?

    Aimé par 1 personne

  5. Je me souviens des cerisiers au printemps : il y en avait tout le long de la rue entre la maison et l’école primaire… c’était joli… même quand les fleurs tombait, ça faisait des tapis roses sur le trottoir ❤
    Passe une belle journée Véro

    Aimé par 1 personne

  6. Désolée de répondre avec une semaine de retard, la semaine dernière a passé à une vitesse folle ! J’espère que tu as retrouvé toute ton énergie et que tu as vécu plein de petits bonheurs entretemps. Je t’embrasse fort ❤

    J'aime

    1. Tu sais, je suis toujours heureuse de te lire mais ce n’est pas la caserne. Tu viens quand tu veux, quand tu le sens, quand tu as le temps et tu déposes à ton aise ton aura de bienveillance.
      Ca revient doucement…
      Moi aussi je t’embrasse fort

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s