Les jolis moments humeurs

En serrant dans ma main ses petits doigts

Il y a 13 ans, j’étais à Barcelone.

Assise sur un banc sous le soleil matinal, j’observais la vie de ce petit parc. Et tout à coup, une évidence, je n’aurai pas d’enfant, j’allais arrêter les traitements. J’étais prête après trop d’échecs, d’épreuves, de traitements lourds et d’attente. J’avais déjà trop sacrifié, trop pleuré. J’allais vivre ou revivre. Sans regret.

J’ai marché dans Barcelone, j’ai bu des Cocas en terrasse (ce que je m’interdisais pour mettre toutes les chances de mon côté), je me suis affalée sur un transat au bord de la piscine de l’hôtel, j’ai bu des rosés et j’ai roupillé. Sereine et libérée.

Je ne savais pas que j’étais enceinte.

Je suis la maman d’un petit garçon qui n’est plus vraiment petit. A 12 ans, est-il déjà un petit homme ?Cette expérience m’a changée profondément, a totalement changé ma vie. J’ai tout fait pour profiter de son enfance, chaque seconde – ces secondes auxquelles j’avais renoncées.

Il va s’envoler doucement, on apprend à se lâcher la main. Encore quelques kilomètres et il sera parti vers d’autres aventures, d’autres découvertes. Ce ne sera pas facile mais j’essaierai de me souvenir de ce petit matin à Barcelone et comme ce jour là, je reprendrai ma route, le cœur un peu cabossé. Il sera aussi temps pour moi d’aller vers d’autres aventures. Evidement, j’aurai le portable dans la poche pour prendre des nouvelles, entendre sa voix. Fermer les yeux et me souvenir que j’ai eu cette chance de l’accompagner vers sa vie.

13 réflexions au sujet de « En serrant dans ma main ses petits doigts »

  1. Quel joli texte. J’en ai les larmes aux yeux. Il ne touche tout spécialement parce que j’ai le même vécu, sauf que moi J’ai renoncé quand j’étais au Japon, j’y allais pour voir les cerisiers en fleurs, pour que la vie reprenne le dessus après tellement d’années d’attente et de larmes, et ce n’est que 3 mois après que je suis tombée enceinte.. et pareil j’ai tout changé pour être là chaque seconde de ce magnifique enfant que la vie m’avait confié. Et depuis 6 ans, c’est le bonheur. Et déjà j’appréhende moi aussi le moment où il ne voudra plus me donner la main dans la rue, où il aura sa vie ailleurs, peut être loin et que je guetterai les appels sans lui mettre la pression.. je pense bien à vous et votre jeune homme.

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci pour ce très beau commentaire qui me touche beaucoup. C’est un chemin particulier que l’on a suivi et qui fait de nous des mères particulières. Mais c’est un beau chemin…
      Merci

      J’aime

  2. Un texte qui me touche en plein coeur. Pour toi. Et pour moi aussi.
    Je ne suis pas passée par là mais son arrivée a été plutôt chaotique. J’ai essayé de profiter au maximum et voilà déjà qu’il commence à me lâcher la main pour vivre des aventures dans lesquelles je n’ai pas ma place. C’est la vie et que le début aussi. Mais je te rejoins c’est comme une nouvelle étape dans notre parcours à deux.
    De tendres pensées pour toi et lui.

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci. Tes textes me touchent aussi très souvent et je ressens parfois des émotions, des vécus similaires même si chaque vie est différente.
      A notre nouvelle étape et bonne semaine.

      J’aime

  3. En effet, un texte court mais magnifique, qui détient l’essence de ce qui a à être dit en si peu de mots. Pas de superflu, que l’essentiel.
    Je n’ai pas eu de difficultés particulières à avoir mes enfants, j’ai dû attendre un peu quand même (1 an la première fois et 8 mois la deuxième) et c’est quand je me suis dit que ça viendra quand ça viendra qu’ils sont venus.
    Comme quoi nous avons toutes une belle leçon de lâcher prise à transmettre autour de nous…
    Merci ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour tes gentils mots.
      Ce qui est compliqué avec ce lâcher prise, c’est qu’il devient quasi impossible à atteindre dès que la machine se grippe parce que c’est impossible quand tu es prise dans un protocole quotidien de piqures, de prises de sang, d’echo…..
      Bonne semaine

      Aimé par 1 personne

      1. Oui je ne mets aucunement en doute le ressenti des personnes qui n’arrivent pas à avoir « naturellement » un enfant, bien au contraire, je n’ose imaginer à quel point ça doit être compliqué car des couches de sentiments désagréables doivent se succéder.
        Merci à toi de nous faire part d’une partie de ton histoire, ça permet toujours de se sentir moins seul(e), les partages 🙂
        Je te souhaite également une belle semaine!

        J’aime

  4. Qu’est-ce que j’aime ce texte ! C’est juste magnifique, on dirait la bande annonce d’un film très émouvant. Je revois, en flash-back, toutes les étapes de mes koalas à moi…Et maintenant, l’aîné a trente-cinq ans et deux petites filles adorables…C’est dingue la vie ! mais tellement exaltant.
    Je t’embrasse fort
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s